Que faire en cas de fuite ?

A la maison No Comments »

Vous utilisez un système hydroponique ? Vous êtes un adepte de la culture indoor ? En cultivant vos plantes à l’intérieur de votre logement, vous vous exposez davantage aux fuites d’eau. Alors mieux vaut être prêt à réagir rapidement et efficacement en cas de fuite.

Fuite d’eau : les actions urgentes à mener

eau-mouvement

Une fuite d’eau peut être à l’origine de courts circuits électriques et de dégâts des eaux. Si vous repérez une fuite d’eau, la première chose à faire est donc de couper l’électricité pour éviter toute électrocution. C’est d’autant plus vrai lorsqu’on utilise un système de plantation jumelant eau et lumière, car les fils et prises pourraient être en contact avec l’eau. En attendant le dépannage d’un dépannage d’un plombier à Toulouse par exemple, il faut aussi couper l’eau. Pour cela, il faut localiser le robinet général d’arrivée d’eau. Dans un appartement, il se trouve généralement dans les w.c. ou dans la cuisine. Regardez sous l’évier, vous avez de grandes chances de l’y trouver. Dans une maison, cela se complique puisqu’il peut être situé dans le garage, voire à l’extérieur de votre propriété dans un regard. Il est donc conseillé de repérer les lieux avant la survenue de la fuite pour stopper l’hémorragie plus rapidement.

Que faire face à une fuite d’eau en attendant la réparation ?

robinet

L’eau et l’électricité sont coupées. Cela ne veut pas dire que vous êtes hors de danger. Avant d’appeler un plombier de Blagnac ou de la région toulousaine, il est préférable d’éponger l’eau qui s’est écoulée. Car vous et votre voisin du dessous n’êtes pas à l’abri d’un dégât des eaux. Utilisez un seau et une serpillière pour absorber l’eau. Vous n’avez ni seau ni serpillière ? N’importe quel bac et n’importe quel linge ou serviette feront l’affaire. Il ne vous reste qu’à attendre en essayant de comprendre d’où vient la fuite pour faciliter le travail et la recherche de fuite du plombier.

Enregistrer

Enregistrer

Un coin de verdure dans mon patio : comment entretenir son gazon ?

A la maison No Comments »

Un petit carré de pelouse dans votre jardin ou dans votre patio, c’est le petit coin de verdure dont vous rêvez. Rien de plus simple à réaliser, à condition toutefois de l’entretenir correctement pour qu’il reste florissant pour longtemps. Leçon de gazon.

L’entretien à l’année

tonte-pelouse

Tonte de la pelouse

Comparé à d’autres plantes et végétations, le gazon demande bien peu d’attentions. Cela dit, du printemps à l’automne, il va vous falloir le tondre. Passez simplement une tondeuse classique dès que la pelouse atteint 5 mm et surtout, pensez à ramasser l’herbe coupée, afin qu’elle n’étouffe pas votre pelouse. Pendant cette même période, vous devrez prendre soin de ressemer des graines de gazon sur les zones dégarnies, afin de conserver une belle pelouse bien dense et régulière. L’hiver, vous n’aurez pas ni à tondre ni à ressemer : l’herbe sera en jachère.

Les soins particuliers

pelouse-non-entretenue

Une pelouse attaquée par les mauvaises herbes

Au printemps et en automne, la pelouse demande des petits traitements, assez simples, mais à ne pas négliger. A commencer par le désherbage. Les mousses et les mauvaises herbes peuvent asphyxier votre beau gazon. Pour éviter cela, arrachez à la main le chiendent par la racine sur terrain humide, et profitez-en pour scarifier le gazon par passages croisés. Cela aura pour effet de limiter la pousse des mauvaises herbes et l’apparition de la mousse. Le printemps et l’automne sont également les moments propices à la fertilisation. Épandez un engrais pour gazon selon les doses et les fréquences préconisées sur l’emballage.

L’arrosage

Arrosage automatique

Entre avril et octobre, la pelouse a besoin d’être arrosée. Plutôt que d’arroser peu et souvent, choisissez d’arroser généreusement, mais moins fréquemment : le résultat sera plus efficace. Comptez environ 15 à 20 minutes d’arrosage automatique, ce qui équivaut à 5 à 10 litres d’eau par m2. Gardez en tête que l’arrosage est préférable le soir pour ne pas que l’eau s’évapore avec le soleil.

Les soins hivernaux

pelouse-entretenue

Une pelouse bien entretenue

Si l’entretien du gazon est très limité en hiver, il ne faut néanmoins pas oublier de le nettoyer. Dès le mois d’octobre et jusqu’en février, équipez-vous d’un balai éventail et retirez régulièrement les feuilles mortes et branches de bois qui jonchent la pelouse. C’est également l’occasion parfaite de redessiner les contours de votre coin de verdure. Pour cela, vous utiliserez un dresse-bordures, aussi efficace que simple à manipuler.

Pensez au patio lors de la construction de votre maison

A la maison No Comments »

patio

La culture hydroponique n’est pas uniquement réservée aux appartements en immeuble et aux petits espaces. Il est possible de créer un grand espace naturel et luxuriant en dehors du jardin grâce à un patio un peu particulier qui possède un toit en verre, et qui est donc parfaitement adapté aux maisons de ville à Clermont-Ferrand et ailleurs.

Comment créer un patio fermé chez soi ?

Créer un patio à partir de votre logement actuel est impossible si celui-ci n’as pas été imaginé pour accueillir une pièce de ce type. Si, à contrario, vous habitez dans une maison avec un petit patio, l’aménagement est possible.

Dans ce cas, il vous faudra alors faire appel à une entreprise spécialisée dans l’aménagement d’intérieurs et les patios, afin de fermer votre pièce par le biais d’un toit en verre ou en PVC, qui résistera parfaitement aux intempéries.

Un deuxième cas de figure, c’est si vous avez le projet de faire construire votre propre maison individuelle. Là, vous êtes libres d’intégrer votre patio fermé aux plans de votre future habitation.

Ainsi, vous devrez penser vos pièces à vivre et les organiser en fonction de votre patio central, qui sera ouvert sur le reste de la maison. Il faudra également que votre logement soit orienté Sud, pour que votre patio chauffe bien en été comme en hiver.

Il est important de choisir un terrain à construire sur Clermont-Ferrand (ou ailleurs) assez plat pour pouvoir bâtir une maison avec une ouverture en son milieu. Vous pourrez récupérer du gravier ainsi que de la terre issu de l’aplanissement de votre terrain qui seront utiles à votre culture hydroponique.

Comment aménager son patio fermé ? Quels matériaux utiliser ?

Au niveau du sol de votre patio, il faudra penser à créer des couches complémentaires de terre et de gravier là où vous souhaitez planter des arbustes, puis recouvrir le restant de la pièce avec du parquet, protégé du sol organique à l’aide d’un bâche isolante.

Vous pouvez bien sûr choisir un autre revêtement, comme du marbre ou du carrelage, mais un patio fermé est plus confortable et plus chaleureux avec du bois.

Pour moduler la lumière de votre pièce, vous pouvez également faire installer des stores ou des volets roulants sur le toit et accrocher des rideaux pour délimiter l’espace du patio. Cette petite astuce vous permettra de jouer avec le volume de la pièce et de créer des ambiances aériennes très agréables en été.

Une fois le patio intégré à votre projet immobilier ou une fois la livraison de votre maison individuelle accomplie, vous pouvez maintenant commencer à aménager votre pièce verte : meubles de jardin, arbustes, fleurs colorées ou petit potager, c’est à vous de choisir !

Pour l’entretien de vos plantes chéries, n’hésitez pas à lire nos articles complets sur la culture hydroponique.

Les bulbes en bacs

A la maison No Comments »

Les décorations estivales sont fatiguées et l’on peut, sans arrières pensées, commencer les travaux d’automne.. Dans bien des cas, les géraniums et les pétunias ont triste mine. Il est très probable que ces plantes d’été ne bulbes en bacpourront plus se refaire une beauté avant les frimas. Vous pouvez, et c’est le bon moment, penser à arracher, nettoyer et surtout replanter vos bacs afin de préparer les floraisons printanières.
Vous ne prenez pas de grands risques en plantant dans les bacs, tout en utilisant la même terre de l’été, des bulbes à fleurs. La plantation de certaines espèces est parfaitement possible, surtout si vous prévoyez des espèces naines. Crocus, perce-neige, jacinthes, tulipes botaniques et même les nouveaux narcisses à petites fleurs vous donneront de grandes satisfactions. Par contre, évitez les tulipes à longues tiges ainsi que les traditionnelles jonquilles. Une banale pluie, alors qu’elles sont en fleurs, transformera la caissette en un champ de bataille peu esthétique.
Passez à l’action.
En Hollande le must consiste à planter, en pots ou en caissettes, diverses bulbes les uns sur les autres. Vous découvrirez au printemps une succession de floraison très diverse. Cette technique est permise car les bulbes n’utilisent la terre que pour s’ancrer et tirer l’eau qui leur est nécessaire.
Disposez, sur 5 cm de terre, une série d’oignons en choisissant les plus gros: tulipes, jacinthes et jonquilles naines par exemple. Posez un bulbe tous les 5 à 7 cm et recouvrez-les de terre; Par-dessus, placez des oignons un peu plus petits comme les tulipes botaniques et muscaris; recouvrez-les et terminez par une série de petits bulbes: perce-neige et crocus par exemple. Complétez de terre en ayant à l’esprit qu’il faut que vous ayez 5 à 7 cm de substrat sur le dernier étage des plantes. Arrosez abondamment et laissez les caissettes à l’extérieur dans un endroit ombragé et frais. Posées sur le balcon à l’ombre, le résultat sera parfait. Dans le courant de l’hiver, un arrosage par mois sera indispensable surtout si la pluie n’atteint pas directement la terre. Les apports d’eau se feront de préférence le matin et seulement si la terre n’est pas gelée. Vous devrez protéger les parois des bacs avec de vieilles couvertures ou de la laine de verre dès que la température descend au-dessous de moins 5 degrés. Vous éviterez que le gel ne fasse sauter les bacs ou n’altère les racines.
Dès début janvier, lorsque l’on est certains que les racines seront bien développées, vous pourrez imaginer avancer la floraison d’un ou deux pots. Pour parvenir à vos fins, rentrez les potées dans un local tempéré et sombre. Après 10 à 15 jours déposez les décorations derrière une fenêtre du salon ou du jardin d’hiver. Prenez garde car à une température de 20 à 22 degrés, les plantes bulbeuses se développent très rapidement et ont, de surplus, tendances à s’allonger exagérément.
Gérez les accidents.
Il peut arriver quelques accidents surtout si les périodes de froids intenses sont très longues et qu’elles interviennent après une série de pluie. La terre gorgée d’eau sera rapidement durcie et dès le redoux les bulbes pourront éventuellement pourrir. Malheureusement, ce ne sera qu’au printemps que vous constaterez l’étendue des dégâts. C’est pour cela qu’il faut protéger les oignons avec une poudre fongique. Il se peut aussi, mais c’est moins grave, que les racines se développent rapidement et abondamment: parfois, si la terre de surface n’est pas assez consistante, se sont les bulbes qui ressortent de terre. Vous devez alors les replanter très soigneusement en évitant de casser les racines ou abîmer les autres bulbes.

Le biotope sec sur le balcon

A la maison No Comments »

On parle très souvent de biotope humide au jardin, quel propriétaire n’a pas sa petite mare ou sa zone humide? Nous avons déjà parlé d’un biotope humide sur le balcon où les libellules peuvent venir pondre; endroit fantastique où le nénuphar offre quelques fleurs.
Aujourd’hui, changement de climat: parlons biotope sec où les graminées et les plantes alpines seront reines.biotope

La construction.
Prenez une caisse en plastique de 15 cm de hauteur au maximum d’une dimension proche de 40 X 60 cm de côté. On trouve dans le commerce des caissettes n’ayant pas plus de 10 cm de hauteur, elles iront encore mieux. Au besoin, percez des trous dans le fond afin d’assurer un bon écoulement de l’eau. Garnissez le fond de 2 centimètres de gravier pour que le drainage se fasse correctement. Ensuite, préparez le substrat qui accueillera la végétation. Mélangez une part de terre de jardin, une part de sable grossier (sable et cailloux de 1 à 2 cm de diamètre) et une part de bon compost pas trop fin. Vous n’ajouterez pas d’engrais, car, dans un biotope sec la végétation n’est pas luxuriante et les plantes prévues pour ce type de culture supportent très bien un sol pauvre.
Vous irez ensuite chercher quelques pierres plus grosses ou même quelques blocs que vous arrangerez de manière la plus naturelle possible. Quelques troncs lavées font aussi tout leur effet. On peut très bien utiliser d’anciennes tuiles d’ardoise que l’on place horizontalement et légèrement inclinées entre des couches de 5 cm de terre. Ces strates recevront, par la suite, les plantes. On peut aussi acheter quelques blocs de tuf. Cette pierre calcaire est très légère, finement ciselée elle permet de réaliser de belles décorations. Vous pourrez même imaginer planter certaines essences directement dans le caillou.
Il est primordial que votre arrangement reflète un « morceau » de nature sur le balcon. Regardez une rocaille naturelle du Jura ou des Alpes, fixez-la dans votre mémoire et adaptez cette situation chez vous.
Dès que l’ensemble est réalisé, faites votre choix de plantes:
pensez montagne, steppe sèche. Diversifiez en choisissant des plantes fleuries, des graminées naines et pourquoi pas un petit conifère à faible développement.

Les plantes.
Dans les plantes fleuries, il faut choisir des espèces qui fleurissent en toutes saisons ; du printemps à l’hiver. Vous trouverez même des plantes originales belles lorsqu’elles sont en fleurs et tout de même décoratives par leur forme ou leur feuillage. Les saxifrages font partie de celles-là. Voici quelques exemples:
Alyssum saxatile, Armeria maritima, Aster alpinus, Gentiana acaulis, Phlox douglasis, Potentilla aurea, Primula rosea,
Dans les graminées vivaces, le choix est aussi intéressant: voici les Bouteloua gracilis, Festuca glauca, Koeleria glauca, trois genres botaniques qui restent petits.
Dans les fougères, plante sans fleurs, certaines sont communes et peuvent se « prendre » dans les vieux murs; d’autres, plus rares s’achètent dans les jardineries. Phyllitis scolopendrium, capilaire des murs.
Plusieurs plantes condimentaires sont intéressantes dans ce genre de réalisation. Marjolaine origan, thym citronné ou vivace.
Les conifères posent problèmes, car ils se développent relativement rapidement ; ils sont donc très vites disproportionnés par rapport à l’ensemble de la réalisation. Seul le Chamaeciparis obtusa nana peut entrer dans votre arrangement.
Toutes ces plantes au nom barbare se trouvent dans les jardineries ou chez les horticulteurs spécialisés en cultures de plantes vivaces. Vous pourrez, chez un bon cultivateur, en trouver une multitude d’autres espèces et cultivars. Mais, rappelez-vous qu’il ne sert à rien de planter trop dense, car tôt ou tard, il faut arracher les essences en surnombre.

Les soins.
Les soins sont très simples: arrosages réguliers en été sans oublier les apports d’eau mensuels en hiver. Nettoyage, suppression des mauvaises herbes et des feuilles jaunes. Une fois au printemps, vous distribuerez un peu d’engrais complet organique mais à demi-dose seulement. Enfin, vous combattrez si nécessaire les attaques de parasites.

Les boutures

A la maison No Comments »

En mars, vos plantes d’appartement se portent mieux et elles se remettent à croître. Vous devez, comme chaque année, couper, tailler et guider toutes vos protégées. Savez-vous que les mois qui viennent, et ceci jusqu’en juin,boutures sont les meilleurs pour effectuer des boutures. Ne jetez jamais une tête de végétal sans essayer de lui faire prendre racines. Il y a cependant diverses règles à respecter: Vous devez savoir que, en règle générale, les plantes dicotylédones peuvent se bouturer facilement et que seulement quelques monocotylédones de la famille des aracées (philodendron) et des cyperacées (Cyperus) peuvent émettre des racines. L’état des tissus entre pour une bonne part dans la réussite de la bouture; si les rameaux sont trop tendres, les tissus pourrissent et d’un autre côté, s’ils sont trop ligneux (durs) les racines n’arrivent pas à se développer. Si vous devez rabattre une plante qui n’est pas en pleine pousse, il est fort probable que la bouture meure avant d’avoir pu émettre des racines. C’est ce qui se passe en général lorsque l’on veut prélever des boutures sur des géraniums ou des fuchsia sortant d’hivernage, ou que la plante verte s’est arrêtée dans sa croissance. Dans ce cas, il vaut mieux attendre que la végétation reparte avant de bouturer (les Ficus sont sensibles à ce phénomène). Les soins post-opératoires sont très importants: il faut que la jeune pousse soit bien à la lumière mais sans pouvoir être atteinte par les rayons du soleil, qu’elle soit à l’abri des courants d’air et placée bien au chaud. Que l’humidité joue un rôle primordial dans les chances de réussite. S’il fait trop sec, la plantule sèche comme du foin alors que si l’humidité est trop forte et surtout trop froide, la plante pourrit. Diverses manières sont possibles pour faire prendre racines à un fragment de végétal.

1- Vous pouvez empoter les boutures dans un petit pot rempli d’un mélange très léger composé de succédané de tourbe pour moitié et de sable pour l’autre.

2- Vous pouvez aussi mettre simplement la tête d’une plante dans un vase rempli d’eau.

On trouve dans le commerce, de jolis petits vases au col très fin qui sont parfaitement adaptés pour recevoir une bouture. Cette manière de procéder permet d’éviter la propagation des maladies d’une plante à l’autre. Enfin, l’utilisation des petits verres à vin permet l’enracinement des boutures. On peut encore utiliser des blocs de mousse synthétique que l’on prend pour confectionner des arrangements de fleurs coupées. Ces blocs sont propres et stériles. Si vous en utilisez de récupération, prenez la peine de les arroser avec de l’eau bouillante afin d’empêcher le développement de germes pathogènes. Lorsque l’on fait enraciner des plantes dans l’eau ou de la mousse artificielle, on peut ensuite, sans crainte, poursuivre la culture en bacs hors sol. Mais on peut tout de même élever les plantes de manière tout à fait traditionnelle. Sachez cependant que l’hydroculture est une excellente façon de cultiver les plantes d’appartement. Dans tous les cas, rappelez-vous que l’empotage ne doit pas être entrepris avant qu’un bon système radiculaire soit visible. En conclusion, il faut dire encore que l’art de bouturer ne s’acquiert pas en quelques jours!

Essayer et essayer encore permet de réussir.

Un bien-être supplémentaire: l’eau

A la maison No Comments »

Les balcons, terrasses et loggias souffrent en été d’un manque chronique d’humidité. Les plantes manquent d’exubérances et sont souvent parasitées par les acariens; l’être humain ne sait pas pourquoi il n’est pas à l’aise sur sa chaise longue.fontaine eau

Un apport d’eau supplémentaire, source d’humidité peut dans bien des cas, apporter une solution agréable, esthétique et utile.

On connaît, depuis maintenant plusieurs années, les fontaines d’appartement garnies d’une pierre de tuf ou de calcaire. L’eau dégoulinant sur les cailloux s’évapore et augmente l’humidité relative autour du bassin. Vous pouvez très bien construire vous même une fontaine de balcon selon le même principe mais en utilisant pour la décoration des plantes de marais et de biotope humide.

Choisissez une coupe ou un récipient assez grand et large d’une profondeur de 20 à 30 cm. Par exemple un baquet en tôle galvanisée, une ancienne seille à lessive en bois, un demi-tonneau ou plus cher une vasque en grès feront très bien l’affaire. Achetez un bloc de tuf ou de calcaire si possible déjà percé sur toute sa hauteur. Vous avez aussi la possibilité de choisir plusieurs pierres que vous assemblerez en les collant au ciment prompt en ayant, au préalable glissé au centre un tube d’un 1/2 cm de diamètre. Plus la hauteur du bloc ou des pierres est grande, plus vous devrez vous procurer une pompe puissante. Dès que votre pierre est installée, vous fixerez à la base du tube une petite pompe d’aquarium , vous remplirez le bac d’eau et placerez les plantes tout autour de telle façon que vous soyez en présence d’une jolie création.

Lorsque l’on veut mettre en terre des plantes, on prend la précaution de créer un double bac. Un plus petit supportant les cailloux et la réserve d’eau et un plus grand rempli de terre. Le premier sera étanche alors que le second sera percé dans le fond afin de permettre l’évacuation de l’eau en excès.

En principe par beau temps, l’évaporation est importante et vous devrez compter entre 3 et 5 litres d’eau par jour; ne commettez pas l’erreur de choisir un bac trop petit car vous devriez le remplir trop souvent.

Le tuf est une pierre calcaire jeune, facile à travailler; de plus, il réagit comme une éponge qui absorbe l’eau et la redistribue lentement.

Il est bien clair que la pierre, le petit matériel, la pompe et les bacs peuvent être achetés en jardinerie ou ressortir de trésors personnels. Seule la partie électrique ne doit pas être bricolée afin d’écarter tout risque d’accident.

Vous choisirez les plantes en fonction de votre réalisation et de l’ensoleillement. Fougères, fuchsia, impatiens si vous plantez en terre et grassettes, iris, jacinthes et laitues d’eau par exemple si vous travaillez en zone humide. Vous pourriez aussi imaginer toute une plantation de plantes carnivores qui, elles, se développent dans un bac sans trou d’évacuation d’eau mais rempli de sable grossier et de terre (un vrai marais). Le nec plus ultra enfin consiste à incorporer à l’ensemble une lampe qui agrémentera l’ensemble.

Signalons pour terminer à ceux et celles qui n’apprécient pas que la pierre se recouvre de mousse que l’on peut incorporer à l’eau un produit anti-mousse et anti-algue.

Pour réaliser cette fontaine vous avez besoin:

  • d’une grande vasque étanche à l’eau,
  • d’un ou plusieurs blocs de tuf ou de calcaire,
  • d’une pompe d’aquarium immergeable,
  • d’un tube plastique ou de métal d’un 1/2 cm de diamètre,
  • de 0,50 cm de tuyau souple de raccordement,
  • de matériel de décoration (cailloux, bois, gravier),
  • de petites plantes adaptées à votre milieu,
  • et d’un peu de patience et de sens de la bricole.

Une fontaine de balcon coûte toute faite entre Fr. 250.- et 1000.- selon la grandeur et la sophistication. Si vous la réalisez vous-même, vous aurez pour Fr. 150.- à 500.- de matériel à acheter. Sachez que c’est une belle pierre percée qui grèvera le plus votre budget car le trou est difficile à réaliser.

© 2017 Indoor culture. All Rights Reserved. Comment déplacer ses cultures lors d’un déménagement ? - Un potager dans ma cuisine - Que faire en cas de fuite ? - Un coin de verdure dans mon patio : comment entretenir son gazon ? - Pensez au patio lors de la construction de votre maison -
13
Entries RSS Comments RSS Connexion